Prix de l’eau – l’opacité règne dans les Côtes d’Armor

Prix de l'eau. L'opacité règne dans le département dans les Côtes d'Armor (Télégramme)

Le syndicat départemental d'alimentation en eau potable des Côtes-d'Armor a dévoilé le prix de l'eau en 2012. Si les résultats montrent de fortes disparités, l'opacité règne quant aux communes les plus chères.

Moins de 2,1 € TTC le m³ d'eau potable pour les abonnés de Lamballe communauté, Lannion, Erquy, ou encore Plouagat contre plus de 2,664 € le m³ dans la communauté de communes de La Baie (Plestin-les-Grèves, Plouzélambre, Tréduder, Saint-Michel-en-Grève), à Pléneuf-Val-André ou encore à Mûr-de-Bretagne. Derrière des tarifs qui semblent, de prime abord, homogènes (autour d'une moyenne de 2,35 € dans les Côtes-d'Armor), l'interprétation offerte par l'Observatoire de l'eau de la direction départementale des territoires et de la mer dans son document remis à l'occasion de la réunion du syndicat départemental d'alimentation en eau potable, semble pour le moins opaque. Car un tiers des abonnés se trouvent au-dessus ou en deçà de ces valeurs limites. Des disparités qui s'expliquent (en zone rurale, la densité d'abonnés sur le réseau est plus faible et les prix sont plus élevés) mais dont l'opacité de diffusion peut laisser circonspect. En effet, si certains abonnés ne payent qu'1,5 € par m³, certains en payent plus du double : près de 3,5 € par m³. Et pour seule réponse, la préfecture indique qu'elle « n'est pas en mesure technique de communiquer les tarifs de l'eau commune par commune ».

Assainissement : du simple au dodécatuple

Du côté de l'assainissement collectif, les différences sont encore plus marquées que pour l'eau potable. Le m³ assaini peut ainsi coûter entre 50 centimes et plus de 6 € ! Ici, plus d'un quart des abonnés sont au-dessus ou en dessous des barèmes qui servent à construire la carte. Selon l'Observatoire de l'eau, c'est le caractère touristique et le surdimensionnement des ouvrages de traitement qui définissent le prix élevé de l'assainissement. Sans surprise, c'est sur le littoral que se trouvent les tarifs les plus élevés comme à Fréhel, Planguenoual, Perros-Guirec ou encore Plestin-les-Grèves qui émargent à plus de 2,82 € TTC le m³, tandis que Saint-Nicolas-du-Pélem, Paule ou encore Plouguenast et Plumieux facturent moins d'1,51 €.

Un prix supérieur à la moyenne nationale

En 2012, le m³ d'eau assaini coûtait, dans les Côtes-d'Armor, 4,6 € TTC en moyenne
, contre environ 3,75 € à l'échelle nationale. Une différence expliquée par la direction départementale des territoires et de la mer, par la majorité d'eaux de surface à traiter pour la rendre potable, alors qu'en France, près de deux tiers de l'eau du robinet provient de sources souterraines, qui nécessitent des traitements moins importants.

  • Justin Daniel Freeman