Lettre ouverte à M. Delaveau et à M. Hervé

Lettre ouverte du Collectif Eau Pays de Rennes à M. Delaveau, Maire de Rennes et à M. Hervé, Président du SMPBR

Rennes le 4 janvier 2013

Monsieur le Maire de Rennes, Monsieur le Président du Syndicat Mixte de Production du Bassin Rennais,

A la suite de la réunion du 24 Octobre «sur les modes de gestion de l’eau de Rennes et alentours» (organisée par la Maison de la Consommation et de l’Environnement, le Syndicat Mixte de Production du Bassin Rennais et la Ville de Rennes) et du débat du 20 Novembre que le «Collectif Eau du pays de Rennes» a organisé et qui a réunit plus d’une centaine de personnes, nous nous félicitons de l’orientation des élus vers une sortie de la Délégation de Service Public (DSP) à Véolia et pour la reprise en gestion directe de l’essentiel du service de l’eau, options pour lesquelles notre collectif a milité.

Cependant nous pensons que la question de la gestion de l’eau mérite un plus large débat, car beaucoup de questions restent en suspens&:

  • Pourquoi la piste d’une Régie Publique pour la Production et d’autre part pour la Distribution n’a-t-elle pas été présentée comme un scénario de référence? Les arguments développés nous sont apparus très légers et montrant peu de volonté politique, au nom d’une complexité supposée&: redéfinir le périmètre d’une régie pour l’ouvrir à de nouvelles collectivités est toujours possible.
  • Pourquoi, alors que le prix de l’eau sur le territoire du SMPBR montre de telles disparités, ne pas étudier les avantages financiers qu’apporterait le passage en Régie Publique&? et par là même convaincre, relativement facilement l’ensemble des communes de rejoindre l’organisation la plus économe. En rappel, si le prix de l’eau est faible à Rennes, c’est essentiellement dû au coût réduit de l’assainissement qui est en Régie Publique.
  • Quelles vont être les conditions de sortie de la DSP? Au regard de la reconduction du contrat en 2004 à Véolia, il n’apparaît pas d’exigences fortes en matière de preuves apportées par le délégataire pour le rendement du réseau, l’entretien des canalisations, les changements de compteurs, les produits financiers non transparents (inexistants même dans les comptes fournis dans la plupart des communes en DSP). Véolia semble toujours prêt à proposer de meilleures conditions que le contrat précédent, n’est-ce pas surprenant&?

-Quel que soit le mode de gestion qui sera choisi, quelles garanties donnerez-vous aux usagers de l’eau dans le contrôle de la gestion&? Sur la qualité d’abord&? Sur le prix&? Sur l’utilisation des excédents qui pourraient être dégagés? Quelle place aux représentants des usagers, des salariés&? Trop de scandales ont éclaboussé la vie politique ces dernières années pour que nous n’exigions pas des garanties de transparence dans la gestion. Voix consultatives ou voix délibératives des représentants des citoyens&au Conseil d’Administration&? Participation active au moment de la rédaction des statuts de la nouvelle entité publique : Quel sera votre engagement?

Le Collectif «Eau du Pays de Rennes» demande:

– un bilan indépendant et exhaustif des années Véolia (sur le plan financier et sur l’état du réseau) et un complément d’étude indépendante pour établir les scénarii Régie possibles.

– des places délibératives& des représentants des usagers et des salariés des services de l’eau pour le contrôle des services de l’eau.

Une consultation citoyenne des usagers des communes concernées s’impose pour une telle décision concernant l’eau, notre bien commun. Le collectif continue à faire signer sa pétition sur www.collectif-eau-rennes.org

Le Collectif «Eau du Pays de Rennes» continuera d’œuvrer pour un passage en REGIE PUBLIQUE, seul réel gage d’une transparence de la gestion dans la durée par l’exercice d’une responsabilité directe.

 

Le collectif Pays de Rennes, pour une gestion publique de l’eau, est composé de forces associatives et politiques, et de citoyens qui ont adopté la charte&: ATTAC ; Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique ; Gauche Unitaire ; Nouveau Parti Anticapitaliste ; Parti de Gauche ; Europe Ecologie – Les Verts, Terre des Hommes France délégation 35, La Nature en ville, Les Jeunes Ecologistes de Rennes, Fondation Danièle Mitterrand, CGT Education Nationale 35, Peuples solidaires DD35, Gauche Anticapitaliste, UGICT-CGT Ville de Rennes, Ar Vuez

 

 

 

 

L’eau n’est pas une marchandise et nous devons garantir le droit d’accès à tous.

Elle est un élément nécessaire à la vie et à la santé de chacun, c’est un élément vital pour l’ensemble de l’environnement naturel, c’est un élément indispensable au fonctionnement des communautés humaines.& 40% de la population mondiale souffre déjà de pénurie d’eau. 1,5 milliard d’êtres humains n’a toujours pas accès à l’eau potable, tandis que &2.5 milliards ne bénéficient d’aucun service d’assainissement.

Aujourd’hui, l’eau est gaspillée par des modes de production agricoles et industriels d’autant moins respectueux de la ressource qu’ils bénéficient de tarifs dérisoires. Des entreprises privées tirent des profits énormes de la gestion de l’eau au détriment des usagers, de la collectivité, de l’environnement et des populations des pays pauvres à qui les multinationales veulent imposer leur modèle de gestion.

Les consommateurs, les citoyens doivent pouvoir contrôler la gestion de l’eau. Seul un service public de l’eau et de l’assainissement géré directement par les collectivités locales et les usagers citoyens permettra d’atteindre cet objectif.

Le tarif de l’eau doit garantir son accès à chacun.

A Rennes la production et la diffusion de l’eau sont confiées par la Mairie à la multinationale Véolia. La gestion de l’eau& par cette entreprise privée échappe au contrôle de la collectivité. Des charges étrangères à l’eau sont facturées et entraînent une surfacturation. L’entretien élémentaire des réseaux n’a pas toujours été assuré et représente des risques pour la santé (canalisations en plomb). La gestion par une entreprise privée payée sur son volume d’activité favorise le gaspillage de l’eau potable car plus on consomme, plus Véolia gagne de l’argent.

Il est inacceptable que des entreprises multinationales et leurs actionnaires s’enrichissent au dépens des besoins vitaux des populations des pays défavorisés et des classes sociales les plus démunies chez nous.

Nos revendications :

  • l’eau payée à son juste prix accessible à tous à l’abri des spéculations financières
  • la transparence des coûts de l’eau
  • le contrôle par les citoyens de la gestion de l’eau
  • le respect des usagers et le refus de toute coupure de l’eau aux habitants ayant des difficultés à payer leurs factures
  • la protection de nos ressources d’eau et que les économies d’eau deviennent une priorité

Pour atteindre ces objectifs, il faut à Rennes la mise en régie de la gestion l’eau et la création d’une structure de contrôle associant les habitants, associations et syndicats.

Nous demandons un grand débat public permettant à tous les rennais et rennaises de se faire leur propre opinion et pour qu’ils puissent donner leur avis lors d’un référendum.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire